Mots-clefs

, , , , , , , , , , , ,

Image

Le texte suivant est extrait d’un article de Louis Gagnon, intitulé « The contemporary living art », publié dans la revue Inuit Art Quarterly en 1996 (Vol. 11, numéro 1, pages 13-14) dont nous proposons une traduction française de l’anglais.

Charlie Inukpuk : « La forme de la pierre me donne des idées. Comme je la taille graduellement, mes pensées évoluent : ‘ Ça prend forme comme cela…C’est en train de devenir cela…’ et la sculpture qui prend forme commence alors à suivre mes pensées à partir de là. […] On ne m’a jamais enseigné [la sculpture], mais j’ai appris en observant ceux qui sculptaient quand nous habitions dans les campements où il n’y avait pas de Blancs. J’ai appris de cette manière, en observant mon père [Johnny Inukpuk] et d’autres sculpteurs. »

[Charlie] Inukpuk sculpte souvent des personnages féminins avec des mains de grandes dimensions – il s’agit d’une manière de souligner la notion de faire grandir [un enfant]. Il explique : « Je sculptais selon la forme de la stéatite [nom de la pierre utilisée, communément appelée pierre à savon], mais je crois que je fais les mains trop larges. Quand la stéatite semble trop fragile, je fais du mieux que je peux. »

[Charlie] Inukpuk était un sculpteur à temps plein jusqu’au début des années 1980. Il prit sa retraite quand les prix de vente se sont effondrés, alors que des restrictions concernant la taille des sculptures furent imposées par l’agence de marketing et que la stéatite devenait rare. Il ne réalisa que peu de sculptures depuis sa retraite. Il explique : « J’aimais sculpter, mais ce n’est plus rentable de le faire ici. J’admire ceux qui continuent en dépit des faibles revenus qu’ils tirent de leurs sculptures. Il y avait ceux qui pouvaient continuer malgré la diminution des ventes de sculptures. D’autres, cependant, ne pouvaient plus continuer à sculpter en raison des bas prix. »

Légende de l’oeuvre ci dessus: 

Charlie Inukpuk, Mère et enfant, 1999, stéatite, 11 x 6 x 3,5 pouces. Cette oeuvre est disponible sur le site de la galerie: http://www.inuitartzone.com/Mother_and_child_by_Charlie_Inukpuk_p/9m.htm

Source:

GAGNON, Louis, 1996, “The contemporary living art”, Inuit Art Quarterly. Vol. 11(1): 13-14.

Publicités